Avoir à voir

The peephole is a disturbing object. Is someone looking at me? What do they see? Having to see questions the ambiguity of the peephole by redistributing the roles between the visitor and the visited.

The scenario is the following :
On the visitor’s side, a mirror invites them to freshen up and, when they’re ready, to signal their presence to the dweller by turning the mirror. The rotation of the mirror rings a mechanical bell and reveals the peephole, allowing the visitor to be seen from the inside.

The balance is therefore inverted as it is the visitor who decides at which moment and how they will be seen. In this ballet of mirrors, a more nuanced relationship is created between the visitor and the visited.

Le judas est un objet inquiétant. Est-ce que quelqu’un me regarde ? Que voit-il ? Avoir à voir questionne l’ambiguïté du judas en redistribuant les rôles entre le visiteur et le visité.

Le scénario est le suivant :
Côté visiteur, un miroir lui permet de s’apprêter puis, au moment souhaité, d’annoncer sa présence en tournant le miroir. La rotation du miroir fait alors sonner un carillon mécanique et laisse apparaitre un judas, pour se laisser voir et être vu de l’intérieur.

Le rapport de force est ainsi inversé car c’est le visiteur qui décide du moment et de la façon dont il sera vu. Dans ce ballet de miroir, se crée un échange nuancé entre visiteur et visité.

Projet de diplôme de l’ENSCI – Les Ateliers sous la direction de Matt Sindall.
Photographies : Véronique Huyghe / G.G.